Christiane Bouchart : « Le budget climatique mettra en cohérence les choix qui seront faits. »

D’où vient ton engagement dans la politique ? Qu’est-ce qui te motive ?

Mon engagement en politique est venu compléter un long parcours associatif et syndical, quand j’ai été sollicitée parce que j’étais déjà très engagée dans la finance solidaire. Je trouvais intéressante la méthode, qui consistait à partir d’un dialogue avec les citoyens pour construire le programme, et le fait aussi que l’écologie aille au-delà des sujets environnementaux, en englobant la solidarité, l’habitat et l’économie. La co-construction souhaitée pour les futures politiques publiques est pour moi un marqueur de ce que nous portons et souhaitons faire à plus grande échelle.

Lille, ta ville : comment la décrirais-tu ? Qu’est-ce qui t’attache à Lille, voire te plaît moins ?

C’est une ville des courtes distances, où on peut facilement aller d’un point à l’autre. C’est une ville extrêmement minérale, où manquent des lieux de convivialité, des ilôts de fraîcheur, des jardins ouverts, des espaces publics que chacun puisse s’approprier. Lille a pourtant beaucoup de cachet historique, et c’est une ville accueillante. C’est enfin une ville de la solidarité, dans laquelle les plus précaires n’ont pas été mis à la porte. A Fives, il y a de la mixité, du partage entre voisins – y compris avec les anciens habitants du bidonville des Dondaines. Mais il y a des transformations qui se font qui pourraient augurer d’une évolution, une concentration de logements collectifs qui m’inquiète pour l’avenir.

Qu’est-ce qui te plaît dans le programme et le projet portés par Lille Verte 2020 ?

Je suis plus sensible à la partie sur le Green Deal pour Lille : notre approche mêle l’économie, le logement, la solidarité, avec notre vision de la transition écologique. Quand on nous dit que l’on n’aime pas les gens parce que nous ne voulons pas du logement et uniquement du logement, c’est faux : on veut plus de logements sociaux, et de qualité. On va bien au-delà de la question de l’habitat sous l’angle unique du logement : nous soulevons également la question du mode de vie et du mode de faire, qui est notre conception des moyens de faire société ensemble.

Qu’est-ce qui fait la différence de Lille Verte 2020 selon toi ?

On a à la fois travaillé pour mettre en place de l’autopartage, et pour agir sur les émissions des véhicules. La qualité de l’air doit s’imposer comme un sujet de ces municipales, d’autant plus que la tendance à l’amélioration que l’on observait depuis 2010 commence à fortement s’infléchir, avec plus de pics de pollution (37 jours en 2019), 60 jours de dépassement pour les PM2,5 en 2018 sur la MEL. Il faut se garder de regarder des tendances lissées sur 20 ans qui vont donner un faux sentiment d’amélioration. Quand il s’agit de santé publique, les remontées des PM10, des PM2,5 et dioxydes d’azote doivent nous inquiéter. Il faut donc absolument moins de véhicules à Lille, et agir impérativement sur les modes de chauffage polluants et la rénovation thermique des bâtiments. Tout cela permet d’envisager de travailler avec les artisans, des groupements d’artisans, en oeuvrant collectivement à mieux rénover notre parc bâti avec ses contraintes. Le fait marquant de 2019 aura été la conjugaison de la pression citoyenne et d’une volonté politique qui ont permis d’aboutir à un plan de santé environnementale à l’échelle de la métropole. C’est en faisant vivre, les prochaines années, ces décisions récentes que nous ferons évoluer à nouveaux à la baisse ces tendances négatives.

Quelle est, selon toi, la proposition phare, celle(s) à laquelle tu es le plus attaché et pourquoi ?

C’est indiscutablement le budget climatique : le changement de modèle qu’il implique, avec une vraie approche de la gestion d’une ville au travers de ses finances et de son budget, qui seront enfin analysés au prisme des enjeux environnementaux. Le budget climatique mettra en cohérence les choix qui seront faits, dans l’ensemble des domaines qu relèvent des compétences de la ville : de la transition énergétique, jusqu’à la petite enfance ou les personnes âgées, garantir un mieux être, un mieux vivre dans son logement, de mieux respirer. C’est quelque chose qui doit chapeauter toutes les politiques municipales, tout en mettant la notion de biens communs au cœur de ces politiques.

Et le budget climatique pose aussi la question de la manière dont sera porté à la connaissance des citoyens les impacts des décisions prises, de la manière de faire vivre les politiques dans l’explication. Si je fais le lien avec les démarches des villes en transition, l’enjeu sera ainsi de faire vivre les conseils de quartier en restant connecté aux enjeux du quotidien.

Soutenez la campagne !

J'agis pour Lille Verte

La première ressource d’une campagne, ce sont des bénévoles qui s’investissent. Agissez pour rendre Lille verte

Agissons ensemble

Faire un don

Pour soutenir l’écologie, réalisez un don, on a besoin de vous !

Je fais un don
Aller au contenu principal